Bâtir le cinquième risque

La dépendance en bref

 

« Il n’est rien de moins ignoré, rien où l’on soit moins préparé ».

C’est ainsi que débute le rapport Libault consacré à la perte d’autonomie, riche de plus de 400 000 contributions citoyennes. C’est que le défi auquel la France est confrontée est presque sans égal.

Promise avant la fin de l’année par l’exécutif, une loi sur le risque dépendance a l’ambition de participer à la refonte de l’Etat providence. Pour préparer cette loi, plusieurs rapports ont été remis au cours de l’année 2019 : rapport Libault en mars, rapport Bonne-Meunier en avril et enfin le rapport El Khomri en octobre.

A cette occasion, OpusLine lance une série d’articles pour comprendre les enjeux de ce secteur pour les opérateurs d’assurance et se préparer aux défis et opportunités qui vont naître de cette loi !

En attendant la loi, un premier état des lieux sur la situation française.

Du fait de la démographie, le nombre de personnes âgées en perte d’autonomie va encore s’accroître, impliquant un effort financier qui va doubler d’ici 2060.

On attend ainsi une multiplication par deux du nombre de personnes en perte d’autonomie (2,04M à 4,4M) et des dépenses publiques (1,4 point de PIB à 2,78 points de PIB).

Aujourd’hui, les 30 Mds € de dépenses se découpent en trois grands postes de prise en charge : la santé (12,2 Mds €), la dépendance – entendues comme l’ensemble des aides humaines, techniques et d’aménagement du logement pour compenser la perte d’autonomie – (10,7 Mds €) et l’hébergement (7,1 Mds €)

La prise en charge publique en couvre une grande partie (23,7 Mds €) mais laisse un reste-à-charge de 21% pour les ménages. Comparativement, pour les dépenses de santé, les Français ont un reste-à-charge global trois fois inférieur (7%).

Le système de financement est aussi complexe : les circuits sont particulièrement imbriqués.

Bientôt un cinquième risque ?

« Nous ne pouvons plus fermer les yeux, le mur est trop proche, et demain il sera trop tard », annonçait Agnès Buzyn, qui, le 28 mars dernier, promettait « une grande loi » à l’automne.

Et les Français l’attendent : un sondage récent publié par la FNMF démontre que 90% estiment la dépendance est un sujet prioritaire qui doit être pris en compte par les pouvoirs publics, et 85% jugent que la dépendance est un sujet insuffisamment pris en compte par ces derniers.

Un des sujets à éclaircir, et attendu dans le projet de loi, est le financement de ce nouveau risque. Doit-il être obligatoire ou facultatif ? Par capitalisation ou par répartition ? Public ou privé ? Les deux derniers rapports écrits sur le sujet – rapport Libault et rapport Bonne-Meunier – ne s’accordent pas. Agnès Buzyn a d’ores et déjà précisé que le socle serait financé par la solidarité nationale. Toujours est-il que le Président lui-même a invité les acteurs sociaux à participer à « cette grande transformation ».

Les mutuelles, institutions de prévoyance et compagnies d’assurance doivent ainsi se positionner dès maintenant et être dans les starting blocks pour 2020.

Les premiers défis des acteurs de l’assurance

Parce que la prise en charge et l’accompagnement de la perte d’autonomie représente un enjeu financier majeur,

Parce que le sujet de la dépendance n’a jamais été aussi prêt d’aboutir à un cadre de prise en charge dans lequel les acteurs publics et privés ont un rôle à jouer,

Parce que la Silver Economy est un marché qui représente une opportunité d’avenir pour les opérateurs d’assurance.

OpusLine s’engage pour accompagner les acteurs de l’assurance, dès maintenant, pour :

 1 – Comprendre

  • Définition du cadre réglementaire, organisationnel et opérationnel
  • Partage des enjeux et des défis

2 – Identifier les espaces d’intervention possibles pour les acteurs privés (sur un chantier avant tout institutionnel)

  • Analyse du marché à équiper
  • Lien avec les autres risques
  • Réflexion plus globale sur les parcours et l’expérience client

3- Evaluer et exploiter le potentiel de la Silver Economy, plus globalement

  • Mapping des acteurs
  • Identification d’opportunités d’investissement
  • Aide à l’élaboration des business models
Retour à l’ensemble des actualités